Alençon

ville natale de sainte Thérèse

Sur les Pas de la Famille MARTIN

La ville (95 km au sud de Lisieux) conserve des hauts-lieux de la vie de la famille Martin :

  • l’église Notre-Dame où Louis et Zélie se sont mariés le 12 juillet 1858.
    Elle conserve également le baptistère où Thérèse fut baptisée le 4 janvier 1873.
  • la maison natale de Thérèse où elle est née le 2 janvier 1873

A l’âge de 26 ans, Zélie Guérin croise Louis Martin sur le pont de Sarthe d’Alençon et a un pressentiment : « C’est celui là que j’ai préparé pour toi ».

Le mariage a lieu quelques mois après leur rencontre, le 12 juillet 1858 à 22 heures à l’hôtel de ville d’Alençon et à minuit à l’église Notre-Dame.

C’est le point de départ de la vie du couple sur un chemin d’humanité et de fraternité qui l’a conduit à la sainteté. La famille Martin rejoint en 1871, la maison de la rue St-Blaise où Louis seconde efficacement son épouse dans son entreprise dentellière.
Ils connaissent un amour sans ombre et ont neuf enfants parmi lesquels le dernier, la petite Thérèse (sainte-Thérèse de l’Enfant-Jésus), qui est, au dire de Pie XI, « la plus grande sainte des temps modernes ».

Née le 2 janvier 1873, à Alençon, Thérèse passe la première année de sa vie dans le village de Semallé, chez une nourrice, Rose taillé, sa santé imposant un départ à la campagne.
Thérèse grandit ensuite à Alençon jusqu’au décès de sa mère.
La famille quitte alors Alençon pour se rapprocher de celle du frère de Zélie, pharmacien à Lisieux.

Maison natale de Sainte Thérèse

La maison est le lieu où l’être humain devient lui-même. Il a besoin d’avoir un chez soi, d’humaniser un espace. Entrer dans une maison, c’est pénétrer dans l’intimité d’un couple et d’une famille, qui nous révèlent une part de leur personnalité, de leur histoire.

Découvrir la Maison

Une scénographie prépare à une rencontre intime et sensible de la famille Martin là où elle vécut de 1871 à 1877. On y retrouve les souvenirs des parents, Zélie et Louis, et des cinq filles : Marie, Pauline, Léonie, Céline et Thérèse. La scénographie mobilise l’attention et tous les sens afin que les instants passés dans ce lieu créent une véritable émotion.
L’intérêt de la visite de la Maison, aujourd’hui, est à la mesure de l’authenticité et de l’intensité de la rencontre, cette famille vivant au 19e siècle avec sa foi chrétienne.

3Cinq espaces pour accueillir3

Le hall d’accueil propose des informations sur l’origine de la famille, son contexte de vie à Alençon, les lieux qu’elle fréquente avec portraits, généalogie, historique de la maison, frise narrative…

Une galerie permet une première approche, plus intime de la famille, au contact d’objets personnels…

Dans l’auditorium, une vidéo illustre des extraits de la correspondance de Zélie, nous fait vivre le quotidien de la famille, avec ses soucis, ses joies, ses peines, ses préoccupations…

La maison : Dans chaque pièce du rez-de-chaussée, meubles et objets sont révélés par la lumière. A l’étage, la chambre des filles, la chambre des parents (chambre natale de Thérèse), ouvrent sur la chapelle.

Cette chapelle construite entre 1925 et 1928, avec sculptures et fresques évoque Sainte Thérèse. Le nouvel autel, le reliquaire du couple des Bienheureux Zélie et Louis Martin sont des créations contemporaines.

Renseignements pratiques
Maison Famille Martin
50 rue St Blaise – 61000 ALENÇON
Tél. : 02 33 26 09 87
Courriel : famillemartin-therese chez diocesedeseez.org
visitez le site internet
Ouverte : 9/12heures – 14/18 heures. (10/12 h -14/17 h de novembre à mars)
Fermée le lundi (hors saison estivale) et du 3 janvier au 3 février.
Ouverture le 9 mai 2009

Eglise Notre-Dame d’Alençon

Située au cœur du secteur piétonnier, l’église Notre-Dame étonne le visiteur par ses proportions, l’élégance de sa nef gothique flamboyante éclairée par 11 verrières Renaissance ainsi que par la finesse des structures de son porche.
Zélie GUÉRIN et Louis MARTIN y célèbrent leur union le 13 juillet 1858.
Deux jours après sa naissance, Thérèse y reçoit dans une chapelle du bas côté nord le baptême, le 4 janvier 1873.

A voir :

  • Le baptistère, ainsi que la robe de baptême de Thérèse, les verrières et la chaire du 16e siècle, l’autel majeur du 18e siècle. Le baptistère
  • Trois verrières dans l’arrière-chœur présentent le couronnement de la Vierge, la bienheureuse Marguerite de Lorraine, duchesse d’Alençon et sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus.

Ouvert : 9 h à 18 h 00
Presbytère : Tél. : 02 33 26 20 89
Messes : en semaine à 9 h et à 18 h 30, Samedi à 18 h et Dimanche à 10 h.

La Dentelle au point d’Alençon

Alençon fonde sa renommée sur l’un des arts les plus délicats, aussi exceptionnel que raffiné, celui de la dentelle à l’aiguille.
Crée au 17e siècle, elle atteint une notoriété internationale lors de l’Exposition Universelle de 1851 où elle est qualifiée de « dentelle des reines et reine des dentelles ».
Installé dans l’ancien collège des Jésuites, Le Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle rassemble le patrimoine muséal alençonnais de peintures, de dentelles et d’ethnographie cambodgienne. Ce patrimoine, constitué à partir de 1857, permet en particulier de suivre l’histoire des dentelles à travers la France et l’Europe.
Parmi les pièces exceptionnelles : un bas d’aube aux coqs en point de France.

Quand la famille Guérin s’installe à Alençon en 1844, Zélie a 13 ans. Elle œuvre à l’école des sœurs de l’Adoration. Elle y apprend déjà les rudiments de la réalisation de la dentelle. Elle se perfectionne dans cet art et ouvre sa propre entreprise en 1853, aidée par sa sœur Marie- Louise, 36 rue Saint-Blaise. Elle procure ainsi du travail à des ouvrières à domicile.

La dentelle d'Alençon
De 1854 à 1861, les sœurs de la Providence possèdent la Maison d’Ozé et y tiennent une école pour la fabrication du Point d’Alençon. C’est là, probablement que Zélie fait la connaissance de Fanie Martin, la mère de Louis.
En 1858, quand sa sœur entre à la Visitation du Mans, Zélie travaille pour la maison Pigache de Paris. C’est à cette époque qu’elle reçoit, à La Halle aux Toiles, une médaille pour la qualité de son travail de dentellière.

Après son mariage, à partir de 1863, elle se met à son compte, secondée par Louis qui se rend régulièrement à Paris pour livrer la fabrication et prendre les commandes. Quand Louis vend son horlogerie-bijouterie de la rue du Pont-neuf, en 1870, la famille s’installe 36 rue Saint-Blaise.
Le couple Martin fait travailler de nombreuses ouvrières, Zélie se réservant souvent le travail le plus ingrat.

Musée des Beaux-arts et de la dentelle
Cour Carrée de la Dentelle – 61000 ALENÇON
Tél. : 02.33.32.40.07 – Fax : 02.33.26.51.66
visitez le site

L’abbé Dumaine

L’abbé Lucien-Victor Dumaine (1842–1926), né à Tinchebray, est ordonné prêtre en 1867.

Nommé vicaire à Notre-Dame d’Alençon le 20 juin 1868, il lui est donné à partir de 1871 de connaître et d’apprécier la famille Martin installée désormais rue Saint Blaise. C’est lui qui baptise Thérèse, la petite dernière, le 4 janvier 1873.

Appelé à délivrer une copie de l’acte de ce baptême, il écrit en 1909 : « Je bénis Dieu de m’avoir fait l’honneur d’ouvrir le vestibule du Ciel à la future petite sainte carmélite de Lisieux et je me plais à rendre hommage au milieu profondément chrétien et bon dans lequel elle est née et a grandi ».

PhAbbéDumaineR180Homme cultivé, passionné d’histoire locale, on le voit s’intéresser à la restauration de l’église Notre-Dame d’Alençon et à ses superbes vitraux de la Renaissance.

Rendu attentif à la condition des soldats par la guerre de 1870, il devient aumônier militaire en 1874.

Quatre ans plus tard, il est curé de Tourouvre puis de 1885 à 1890, curé de la paroisse de Montsort d’Alençon. C’est à lui que l’on doit la décoration de la nouvelle église, en particulier les mosaïques qu’il offre de ses deniers. Œuvres du mosaïste italien Facchina (celui qui a travaillé à l’opéra Garnier de Paris), elles illustrent dans la chapelle absidiale quelques aspects du mystère de Marie et de sa dévotion. La mosaïque du chevet représente la remise des clés à l’apôtre Saint Pierre auquel cette église est consacrée.

Le 1° octobre 1890, l’abbé Dumaine est nommé curé archiprêtre de la cathédrale de Sées avant de devenir vicaire général du diocèse de 1899 à 1910, puis chanoine titulaire de la cathédrale.

Il meurt un an après la canonisation de Thérèse en faveur de laquelle il a donné son témoignage lors des procès informatif et apostolique. Dans la chapelle du baptistère Notre-Dame d’Alençon, un vitrail de Louis Barillet le représente en train de baptiser Thérèse (1925).

PhVitrailBaptThR350

La Basilique Notre-Dame d’Alençon dans la vie des Martin

LZdvtBasilAlençR200Zélie est encore scolarisée quand Isidore Guérin, son père, prend sa retraite et vient à Alençon avec sa famille en 1843 habiter la maison de la rue Saint-Blaise à quelques centaines de mètres de l’église Notre Dame.

Elle fréquente donc cette église et y reçoit une part de sa formation chrétienne, jusqu’à son mariage avec Louis Martin. La cérémonie y a lieu le 13 juillet 1858 à minuit. Etait-ce devant le maître-autel ou bien à la chapelle Notre Dame, dans l’arrière chœur, nous ne pouvons le savoir exactement.

Dès lors, les nouveaux époux vont habiter l’horlogerie de Louis située dans la paroisse Saint Pierre de Montsort. Il faut attendre 1871 pour que Louis et Zélie et leurs enfants redeviennent paroissiens de Notre-Dame quand ils emménagent dans la maison de la rue Saint-Blaise.

Ils fréquentent cette église quotidiennement pour la première messe de la journée à 5h30 du matin. Louis participe aussi à l’adoration nocturne du Saint-Sacrement.

Chapelle des Bienheureux Martin, Basilique N-D, Alençon
Chapelle des Bienheureux Martin, Basilique N-D, Alençon

Le baptême de Thérèse

« En ce monde et dans l’autre »…

Si l’on en croit les signatures qui figurent sur l’acte de baptême, ils sont près de dix, famille et amis, à entourer Thérèse en ce samedi 4 janvier 1873, tandis que Zélie, la maman, se remet de la naissance survenue deux jours plus tôt.

Eglise N.-D. d'Alençon : extrait de l'acte de baptême de Thérèse Martin
Eglise N.-D. d’Alençon : extrait de l’acte de baptême de Thérèse Martin

L’abbé Dumaine, vicaire à la paroisse Notre Dame d’Alençon, est là pour les accueillir. Le vitrail de Louis Barillet (1925), au-dessus du baptistère, représente la scène tandis que le rituel du baptême conservé dans les archives de la paroisse nous donne écho de la cérémonie.

Eglise N.-D. d'Alençon : partie du vitrail de L. Barillet
Eglise N.-D. d’Alençon : partie du vitrail de L. Barillet

Après l’accueil et les trois exorcismes accompagnés de l’imposition du sel et du geste de l’Ephata, le rite à la fontaine baptismale se poursuit comme aujourd’hui avec les quatre signes du baptême, de l’onction, de la remise du voile ou mouchoir, en guise de vêtement blanc, et du cierge baptismal.

Eglise N.-D. d'Alençon : fonds baptismaux et robe de baptême de Thérèse Martin
Eglise N.-D. d’Alençon : fonds baptismaux et robe de baptême de Thérèse Martin

Et la célébration s’achève avec la lecture du prologue de l’Evangile de Saint Jean non sans quelques recommandations dont nous aimons entendre la dernière adressée à Paul Albert Boul et à Marie Martin, le parrain et la marraine de l’enfant : « Ainsi l’Eglise vous invite à veiller sur tous les besoins de son corps et de son âme, afin que selon les desseins de Dieu son créateur, elle soit heureuse en ce monde et dans l’autre ».

A une époque où l’on était tenté d’opposer ces deux bonheurs voulus de Dieu, on aime à se rappeler qu’ils étaient aussi, à l’occasion des vœux de la nouvelle année, ceux que Zélie adressait à son frère Isidore : « Si le bon Dieu m’exauce, tu seras le plus heureux des hommes, en ce monde et dans l’autre. » (CF 76)

Si un jour vous avez l’occasion de vous rendre à Alençon, prenez quelques instants pour y visiter sa basilique Notre-Dame , et y voir ces souvenirs de Thérèse ; vous y découvrirez son acte de baptême dans son entièreté. C’est dans cette basilique qu’en 1858 ses parents se sont mariés . Vous pourrez également découvrir la maison de la famille Martin et tous les lieux de sa vie alençonnaise.

Basilique Notre-Dame d’Alençon
Grande rue
61000 Alençon
www.paroissenotredamealencon.fr
pelerinagesfamillemartin chez diocesedeseez.org